Evidence of trilobed testes in European sardine (Sardina pilchardus)

Caballero-Huertas M., Frigola-Tepe X., Viñas J., Muñoz M.

Date de parution: mai 2022
Volume: 46
Number: 1
Pagination: 029-032
Editeur: Société Française d'Ichtyologie
doi: https://doi.org/10.26028/cybium/2022-461-004
Notes:

Corresponding author: Marta Muñoz, marta.munyoz@udg.edu

Résumé

Abnormal gonads were recorded in male specimens of European sardine, Sardina pilchardus (Walbaum, 1792) captured along the Mediterranean Coast (Northern Spain, Northern Adriatic Sea, and Aegean Sea). Three lobes were identified in the testes of these individuals, what could be considered as gonad segmentation. The prevalence of this abnormality of the testicles’ architecture has reached 2%, 0.99%, and 0.49%, respectively, in the samples of the stocks mentioned above. To knowledge, it is the first documentation of such testicular alteration in this species. Chemical exposure or parasitism have been invoked as plausible hypotheses, although further studies are required to elucidate its cause in this valuable fish resource, since reproductive abnormalities may result in severe implications, including population losses.

Mots-clés: Abnormal gonads - Gonad segmentation - Pelagic fish - Pilchard - Reproduction - Reproductive pathology
Résumé en français

Preuve de testicules trilobés chez la sardine européenne (Sardina pilchardus)

Des gonades anormales ont été enregistrées chez des spéci­mens mâles de sardine européenne, Sardina pilchardus (Walbaum, 1792), capturés le long de la côte méditerranéenne (nord de l’Es­pagne, nord de la mer Adriatique et mer Égée). Trois lobes ont été identifiés dans les testicules de ces individus, ce qui pourrait être considéré comme une segmentation des gonades. La prévalence de cette anomalie de l’architecture des testicules a atteint 2%, 0,99% et 0,49%, respectivement, dans les échantillons des stocks mention­nés ci-dessus. À notre connaissance, il s’agit de la première docu­mentation d’une telle altération testiculaire chez cette espèce. L’ex­position chimique ou le parasitisme ont été invoqués comme des hypothèses plausibles, bien que d’autres études soient nécessaires pour élucider sa cause chez cette ressource halieutique précieuse, puisque les anomalies de la reproduction peuvent entraîner de gra­ves conséquences, y compris des pertes de population.

PDF visible uniquement pour les abonnés Cybium