Are mangroves important for reef fish on Mayotte Island (Indian Ocean)?

Madi Moussa R.

Date de parution: décembre 2018
Volume: 42
Number: 4
Pagination: 327-340
Editeur: Société Française d'Ichtyologie
doi: https://doi.org/10.26028/cybium/2018-424-004
Notes:

Corresponding author: Rakamaly Madi Moussa, rakamalymadimoussa@gmail.com

Résumé

In order to understand the potential role of the mangroves of Mayotte Island for reef fishes, sampling was conducted monthly from April 2016 to April 2017 in three sites along a mangrove fringe: Bandrélé near fringing reef, Dzoumogné close to a river mouth and Malamani in a bay. Fishes were sampled using a fyke-net combined with visual census surveys (UVC) and eight environmental variables were recorded at each site to determine their relationship with the fish community structure. A total of 992 individuals reef fishes distributed among 44 species were recorded. Considering the sampling methods, 869 individuals comprising 35 species were observed by UVC and 123 individuals belonging to 25 species were captured with a fyke-net. Samples were mainly composed of juvenile fishes, whether 81% and 93.5% in relative abundance for UVC and catches, respectively. Whatever the sampling method, fish abundance and species richness were significantly higher in the Bandrélé mangrove. Overall, six species (Abudefduf sparoides, A. vaigiensis, Acanthurus blochii, Lutjanus fulviflamma, L. monostigma and Sphyraena barracuda) were dominant and accounted for 59% of total number of fish observed and captured. Species richness and fish abundance showed a seasonal variation for UVC and were significantly higher in wet season (November-April) with one important peak in January. Canonical RDA analysis revealed that the most significant factors explaining the distribution of fish community structure were temperature, reef proximity and fishing time for the catches, and temperature, water transparency and reef proximity for UVC. Temperature appears to be the most important factor explaining the seasonal variation, while spatial variation of reef fish abundance in mangrove may be related to reef proximity, water transparency and fishing time. First order carnivores, zooplanktivores and herbivores were mainly observed in Bandrélé, whereas piscivores were dominant in Malamani mangrove for both methods. Second order carnivores were well represented in Dzoumogné site. We propose that water transparency due to reef proximity with high salinity level and food availability were probably the most important factors structuring reef fish community in the mangrove. Moreover, the importance of Mayotte mangroves for reef fishes appears to relate to site, environmental variables and seasonal factor. Notwithstanding the important role of mangroves for several species, its role of nursery for reef fish should not be generalised.

Mots-clés: Coral reef fish - Environmental variables - Juvenile fish - Mangroves - Mayotte - Spatial and temporal variation
Résumé en français

Les mangroves sont-elles importantes pour les poissons récifaux de l’île de Mayotte (océan Indien) ? 

Les habitats côtiers peu profonds tels que les mangroves sont largement considérés comme des zones de nurseries importantes pour diverses espèces de poissons récifaux. Dans les Caraïbes, les mangroves sont clairement reliées aux récifs coralliens, tandis que la fonction des mangroves comme nurserie pour les poissons récifaux dans la région de l’Indo-Pacifique reste encore débattue. Cet écosystème est malheureusement affecté par diverses activités humaines telles que le développement côtier, le défrichage et des pratiques de pêche non durables. Pour les poissons des récifs coralliens de l’île de Mayotte dans l’océan Indien, il était donc essentiel de comprendre le rôle joué par les mangroves afin de mieux gérer cet écosystème qui est encore mal perçu. Trois sites (Bandrélé près d’un récif frangeant, Dzoumogné près d’une embouchure de rivière et Malamani dans une baie) ont fait l’objet d’un échantillonnage mensuel d’avril 2016 à avril 2017. Sur chaque site, l’échantillonnage des poissons a été réalisé à l’aide d’un verveux combiné à des comptages visuels (UVC) ainsi qu’à un enregistrement de huit variables du milieu afin de déterminer leurs relations avec la structure de la communauté de poissons. Nous avons identifiés 992 poissons appartenant à 44 espèces. Considérant les méthodes d’échantillonnage, 869 individus de 35 espèces ont été observés et 123 individus de 25 espèces ont été capturés. En abondance relative, les échantillons sont majoritairement composés de poissons juvéniles pour les observations (81%) et pour les captures (93,5%). Quelle que soit la méthode d’échantillonnage, l’abondance du poisson et la richesse spécifique sont significativement plus fortes dans la mangrove de Bandrélé. Dans l’ensemble, six espèces (Abudefduf sparoides, A. vaigiensis, Acanthurus blochii, Lutjanus fulviflamma, L. monostigma and Sphyraena barracuda) sont dominantes et représentent 59% du nombre total de poissons observés et capturés. La richesse spécifique, ainsi que l’abondance, montrent une variation saisonnière pour les observations et sont significativement plus élevées pendant la saison humide (novembre à avril) avec un pic important en janvier. L’analyse canonique des redondances (ACR) révèle que les facteurs les plus significatifs expliquant la distribution de la structure de la communauté de poissons sont la température, la transparence de l’eau et le temps de pêche pour les captures ainsi que la température, la transparence de l’eau et la proximité des récifs pour les observations. La température semble donc être le facteur le plus important expliquant la variation saisonnière, tandis que la variation spatiale de l’abondance dans la mangrove peut être liée à la proximité des récifs, à la transparence de l’eau et au temps de pêche. Les poissons macrocarnivores (C1), les zooplanctivores et les herbivores sont principalement observés à Bandrélé, alors que les piscivores dominent la mangrove de Malamani et que les microcarnivores (C2) sont bien représentés à Dzoumogné. Nous proposons que la transparence de l’eau due à la proximité des récifs avec une salinité élevée et la disponibilité en nourritures soient les facteurs les plus importants qui pourraient expliquer la structuration de la communauté de poissons récifaux dans les mangroves de Mayotte. Néanmoins, comme l’importance des mangroves à Mayotte pour les poissons récifaux semble être liée aux sites, aux variables environnementales et au facteur saisonnier, malgré le rôle important des mangroves pour plusieurs espèces, leur rôle de nurserie pour les poissons récifaux ne devrait pas être généralisé à l’ensemble de l’écosystème mangrove de l’île.

PDF visible uniquement pour les abonnés Cybium