Comparative histology of caniniform teeth in some predatory ichthyophagous teleosts

Texereau M., Germain D., Meunier F.J.

Published date: March 2018
Volume: 42
Number: 1
Pagination: 075-081
Notes:

Corresponding author: Damien Germain, damien.germain@mnhn.fr
CR2P (MNHN-CNRS-UPMC), Département Origines et Évolution, Muséum national d’Histoire naturelle, CP 038, 57 rue Cuvier, 75231 Paris cedex 05, France

Abstract

In the present study, the combined use of classical histological and 3D reconstruction methods allows us to characterize the structural organization of different types of dentine in five species of predatory teleosts. The examination evidences the presence of vasodentine and of plicidentine in the perciform Dissostichus eleginoides Smitt, 1898 and the presence of osteodentine in three other species of Perciformes without any plicidentine, Thyrsites atun (Euphrasen, 1791), Sphyraena guachancho Cuvier, 1829, Lepidopus caudatus (Euphrasen, 1788), as well as in an esociform species (Esox lucius Linnaeus, 1758). Histological methods are shown here to be useful combined with 3D imaging techniques to precise the organization of teleost tooth tissues, and more generally to study morphofunctional adaptation to the diet in both paleontological and neontogical contexts.

Keywords: 3D-Tomography - Histology - Orthodentine - Osteodentine - Teleosts - Vasodentine
French abstract

Histologie comparée de dents caniniformes chez des téléostéens prédateurs ichtyophages

Dans le présent travail, l’utilisation combinée des méthodes histologiques classiques et des méthodes de reconstruction 3D a permis de caractériser précisément l’organisation structurale des différents types de dentine chez cinq espèces de téléostéens prédateurs. Ainsi, l’examen a montré la présence de vasodentine et de plicidentine chez le Perciforme Dissostichus eleginoïdes Smitt, 1898, d’ostéodentine mais pas de plicidentine chez trois espèces de Perciformes (Thyrsites atun (Euphrasen, 1791), Sphyraena guachancho Cuvier, 1829 et Lepidopus caudatus (Euphrasen, 1788)) ainsi que chez une espèce d’ésociforme (Esox lucius Linnaeus, 1758). Les méthodes histologiques se sont révélées utiles lors de cette étude et, dans le cadre plus général d’études néontologiques et paléontologiques, elles doivent être utilisées en complément des nouvelles techniques d’imagerie tridimensionnelle pour apporter des précisions sur l’organisation interne des dents des téléostéens et des poissons en général, notamment sur des questions d’adaptations morphofonctionnelles liées au régime alimentaire.

PDF only available for Cybium subscribers