Feeding close to fishing lights may be dangerous for the larvae of the smallest freshwater fish of Europe

Tsounis L., Vasilopoulou G., Kehayias G.

Published date: May 2022
Volume: 46
Number: 1
Pagination: 033-040
Publisher: Société Française d'Ichtyologie
doi: https://doi.org/10.26028/cybium/2022-461-005
Notes:

Corresponding author: Lambros Tsounis, ltsounis@upatras.gr

Abstract

Economidichthys trichonis is the smallest teleostean of Europe and is inhabited Lake Trichonis (Greece). Previous investigation concerning the feeding of the dominant fish of this lake (Atherina boyeri) revealed that the use of fishing lights in the purse seine fishery of this species may result to its increased preda­tion upon the larvae of E. trichonis, which come close to light. This study investigates the diet of these larvae, to understand why they approach to the light although they suffer heavy predation by A. boyeri. Collection of the larvae was made using light traps, where the light was produced by Cyalume light sticks of different colours (white, red, yellow, blue and green). The traps were deployed in the lake during moonless nights in May, June, July, September and October 2020. In total, 833 larvae were caught with greater numbers in the traps with the green, the yellow and the white colour. Gut content analysis revealed a diet comprised of 10 taxa, among which the copepod Eudiaptomus drieschi dominated accounting for an average frequency of occurrence (F) of 98.6%. The cladoceran Diaphanosoma orghidani and the mollusk larvae of Dreissena blanci followed (F = 42.5% and 32.5%, respectively). E. trichonis larvae approach to light following the accumulation of zooplankton and face intense interspecific competition with A. boyeri since they have almost the same food preferences. The predation exerted by A. boyeri on its competitor reduces this interspecific competition, while providing it energy from this high nutritional prey. This study confirms that fishing lights favour the predatory instinct of different fish species and affect drastically the survival and growth of E. trichonis, an endangered species. Considering that fishing with light is exercised worldwide, the actual consequences of this practice on fish larvae survival is challenging to be evaluated in other marine and freshwater ecosystems.

Keywords: Atherina boyeri - Diet - Economidichthys trichonis - Gobiidae - Light traps - Predation
French abstract

Se nourrir à proximité des lamparos peut être dangereux pour les larves du plus petit poisson d’eau douce d’Europe

Economidichthys trichonis est le plus petit téléostéen d’eau douce d’Europe et habite le lac Trichonis (Grèce). Une enquête antérieure sur l’alimentation du poisson dominant de ce lac (Atherina boyeri) a révélé que l’utilisa­tion de lamparo dans la pêche à la senne coulissante de cette espèce peut entraîner une augmentation de la pré­dation des larves d’E. trichonis qui sont attirées par la lumière. La présente étude examine le régime alimentaire de ces larves, afin de comprendre pourquoi elles s’approchent de la lumière bien qu’elles y subissent une forte prédation par A. boyeri. La collecte des larves s’est faite à l’aide de pièges lumineux, où la lumière était produite par des bâtons lumineux Cyalume de différentes couleurs (blanc, rouge, jaune, bleu et vert). Les pièges ont été déployés dans le lac pendant des nuits sans lune en mai, juin, juillet, septembre et octobre 2020. Au total, 833 larves ont été capturées, dont un plus grand nombre dans les pièges de couleur verte, jaune et blanche. L’analyse du contenu intestinal a révélé un régime alimentaire composé de 10 taxons, parmi lesquels dominait le copépode Eudiaptomus drieschi, avec une fréquence moyenne d’occurrence (F) de 98,6 %, suivi par le cladocère Diapha­nosoma orghidani et les larves du mollusque Dreissena blanci (F = 42,5% et 32,5%, respectivement). Les larves d’E. trichonis s’approchent de la lumière suite à l’accumulation de zooplancton et sont alors en compétition interspécifique intense avec A. boyeri car elles ont presque les mêmes préférences alimentaires. La prédation exercée par A. boyeri sur les larves d’E. trichonis réduit cette compétition interspécifique, tout en lui apportant une source d’énergie riche en nutriments. Cette étude confirme que les lamparos favorisent la prédation par diffé­rentes espèces de poissons et affectent considérablement la survie et la croissance de la population d’E. trichonis, une espèce en danger de disparition. Comme la pêche aux lamparos est pratiquée dans le monde entier, les consé­quences réelles de cette pratique sont difficiles à évaluer dans d’autres écosystèmes marins et d’eau douce.

PDF only available for Cybium subscribers