Régime alimentaire du sar commun Diplodus sargus sargus (Sparidae) des côtes de l’est algérien

Benchalel W., Derbal F., Kara M.H.

Date de parution: septembre 2010
Volume: 34
Number: 3
Pagination: 231–242
Editeur: Société Française d’Ichtyologie
doi: https://doi.org/10.26028/cybium/2010-343-001
Mots-clés: Algeria - Diet - Diplodus sargus sargus - Mediterranean Sea - Sparidae
Résumé en français

Le régime alimentaire du sar commun Diplodus sargus sargus (Linnaeus, 1758) des côtes de l’Est algérien a été étudié de janvier à décembre 2006. Un total de 424 spécimens, de longueur totale comprise entre 112 et 346 mm, a été analysé. Les variations qualitatives et quantitatives du régime ont été recherchées en fonction de l’état de maturité sexuelle (immatures et matures), du sexe (mâles et femelles) et des différentes saisons. Le coefficient de vacuité moyen annuel est de 25% et varie significativement en fonction des saisons (χ2 = 41,4 ; p ≤ 0,001) et de la maturité sexuelle (χ2 = 11,1 ; p ≤ 0,001). Cependant, aucune différence significative du coefficient de vacuité n’a été notée entre les mâles et les femelles (χ2 = 3,6 ; p > 0,05). L’analyse qualitative des contenus digestifs met en évidence un régime alimentaire très diversifié avec 3705 proies dénombrées pour un poids total de 1633 g. Quinze items différents ont été identifiés (Mollusca, Crustacea, Macrophyta, Osteichthyes, Annelida, Echinodermata, Bryozoa, Porifera, Echiura, Hemichordata, Cnidaria, Sipuncula, Platelmintha, Nemathelmintha, Pycnogonida). Omnivore, D. sargus sargus se nourrit de proies benthiques, essentiellement de mollusques (Pelecypoda, Gastropoda, Polyplacophora), de crustacés (Decapoda, Cirripeda, Amphipoda, Isopoda) et de macrophytes (Rhodophyta et Magnoliophyta). Le classement des proies ingérées à l’aide de l’indice d’importance relative (% IRI) a permis de regrouper les mollusques (IRI = 57,0%) dans la catégorie des aliments préférentiels avec une prédominance des pélécypodes (IRI = 23,3%) et des gastéropodes (IRI = 13,1%). Les crustacés (IRI = 18,2%) et les macrophytes (IRI = 13,5%) sont des aliments secondaires. Toutes les autres proies (Osteichthyes, Annelida, Echinodermata, Bryozoa, Porifera, Echiura, Hemichordata), sont ingérées accidentellement (IRI < 5%). La comparaison statistique, en utilisant le coefficient de rang de Spearman (ρ), n’a montré aucun changement significatif du régime alimentaire qui reste homogène en fonction des saisons, de la taille du prédateur et des sexes.

PDF visible pour tous