Flatfishes interrelationships revisited based on anatomical characters

Chanet B., Mondéjar-Fernández J., Lecointre G.

Date de parution: mars 2020
Volume: 44
Number: 1
Pagination: 009-018
Editeur: Société Française d’Ichtyologie
doi: https://doi.org/10.26028/cybium/2020-441-002
Notes:

Corresponding author: Bruno Chanet, bruno.chanet@mnhn.fr

Résumé

In 1993, Chapleau proposed the first comprehensive cladistic work on interfamilial relationships of flatfishes (order Pleuronectiformes) based on anatomical data. This work has been, and still remains, a cornerstone for phylogenetic works dedicated to flatfishes. Nevertheless, this valuable work lacked important elements of the current knowledge associated with flatfish outgroups and suffered from scarcity of data for some characters. We propose here the results of a new analysis of Chapleau’s matrix with reexamination of some characters (e.g. recessus orbitalis) and addition of two fossil genera (Heteronectes and Amphistium), plus two extant genera as outgroups, chosen on the basis of recent molecular analyses. This reassessment leaves the monophyly of the Pleuronectiformes ambiguous while the interrelationships within flatfishes proposed by Chapleau are not significantly modified. Moreover, the polarity of one character (structure of the first anal-fin pterygiophore) is reviewed and enlightens differently the first steps of the evolution of flatfishes.

Mots-clés: Flatfish anatomy - Phylogeny - Pleuronectiformes
Résumé en français

Réévaluation des relations de parenté entre poissons plats sur la base de caractères anatomiques

En 1993, Chapleau propose la première analyse cladistique traitant des relations interfamiliales des poissons plats (ordre des Pleuronectiformes) fondées sur des données anatomiques. Cet article a été et demeure un travail de référence pour toute analyse de l’évolution des poissons plats. Néanmoins, cette étude souffrait de l’absence de connaissances sur l’identité d’extra-groupes appropriés et du manque de données pour certains caractères. Nous proposons ici les résultats d’une ré-analyse de la matrice de Chapleau fondée sur la réinterprétation de certains caractères (ex. recessus orbitalis), l’addition de deux genres fossiles (Heteronectes et Amphistium) et l’ajout de deux extra-groupes, fondé sur les résultats des travaux moléculaires récents. Cette réévaluation ne sou­tient pas la monophylie des poissons plats – laquelle reste ambiguë – tandis que les relations de parenté à l’inté­rieur du groupe proposées par Chapleau (1993) ne sont pas modifiées dans leur ensemble. Par ailleurs, la polarité d’un caractère (structure du premier ptérygiophore de la nageoire anale) est reconsidérée et éclaire différemment les premiers pas de l’évolution des poissons plats.

PDF visible uniquement pour les abonnés Cybium